Actions

Projets

MagicWord

De GBLL, TAL, ALAO, etc.

Révision datée du 18 octobre 2019 à 10:47 par Loizbek (discussion | contributions) (Communications scientifiques)
Docker (container engine) logo.svg
English

Liens

Présentation

Initié dans le cadre du projet Innovalangues, MagicWord est une adaptation du jeu de lettres Boggle (Turoff, 1972). En s'appuyant sur le succès rencontré par Ruzzle (35 millions de joueurs), nous avons tenté de proposer de nouvelles règles pour tirer parti des attributs linguistiques de tels jeux dans l'enseignement/apprentissage des langues.

Il existe actuellement en 2 langues : anglais et français.

Intention

Ce jeu a pour objectif l'amélioration des compétences linguistiques lexicales et morphologiques. En effet, comme la plupart des jeux de lettres, plus le joueur aura un lexique étendu, plus il sera en capacité de trouver des mots dans la grille, mais il trouvera d'autant plus de mots qu'il maîtrisera les mécanismes de flexion (préfixes/radicaux/suffixes).

La Wordbox, sorte de dictionnaire personnel, est mis à disposition du joueur pour qu'il puisse enregistrer des mots d'intérêts ou se créer des listes de mots qu'il ne connaissait pas.

Communications scientifiques

Pour plus d'informations voir :

Principe de base

Le jeu consiste à trouver des mots dans une grille de 16 cases (4×4) contenant des lettres. Pour faire un mot, il faut que les cases soient adjacentes (à côté ou en diagonale), la direction n'a pas d'importance, en revanche chaque lettre ne peut être utilisée plus d'une fois par mot.

Le jeu peut se jouer en deux modes :

  • Rush : trouver le plus de mots possible (mais en faisant des combos) ;
  • Conquer : mode à objectifs, c'est le temps qui compte, il faut réaliser les objectifs en le moins de temps possible.

Crédits

La liste à jour des contributeurs est dans le code

Financement

2014–2017 Logo-Investissements d'avenir.svgLogo-gamer.svg Les premières versions de MagicWord ont été financées et réalisées dans le cadre du projet Innovalangues
ANR.svg-IDFI-0024 ;
2016–2019 775-Fist-41490.svg
  • Mathieu Loiseau a perçu un salaire de l'Université Grenoble Alpes pour (entre autres) tester, concevoir, suivre les travaux, communiquer sur le jeu et administrer le serveur qui l'héberge ;
  • Timothée Liotard a fait un stage non rémunéré qui a donné lieu à un mémoire dirigé par Virginie Zampa qui a suivi ses travaux ;
  • Arnaud Bey a fait des donations de son temps libre pour développer de nouvelles fonctionnalités, corriger des bugs et dockeriser le tout.
2019 Logo data institute-blank2.svg Démarre SHS !, WP3 de Data@UGA finance le développement de nouvelles langues pour le prototype.

Travaux en cours ou à approfondir

  • Génération de grille : augmenter le nombre de mots dans les grilles libres ;
  • Interface : après la première refonte des écrans de jeu pour les dispositifs tactiles, finir la restructuration pour les autres écrans ;
  • Gestion des lexiques : comment rendre générique la gestion du lexique pour permettre la prise en charge d'autres langues ;
  • Algo de Bologne 2 : dans sa configuration actuelle, l'algorithme de Bologne utilise des méthodes statistiques qui font qu'il arrive qu'on puisse constater une différence d'un à deux mots intégrés à la grille sur un seul clic — est-il possible de créer un algorithme déterministe, en utilisant un ensemble de contraintes ?
  • Scores en fonction des usages : à l'heure actuelle, on s'inspire du scrabble/ruzzle pour le scoring en mode rush, mais on pourrait s'appuyer sur les usages…
  • Liste des tickets sur gitlab ;
  • Pistes d'intégration : l'idée de ce chantier est de proposer aux enseignants des pistes d'intégration sous forme de guides, voir de séquence complète ;
  • Test de MagicWord dans différents contextes ;